Comment dire cette émotion qui courrait dans les rues de Paris ce 11 janvier 2015 ? Une émotion qui affleurait quand les petits enfants marchaient avec leurs parents, leurs grandsparents.

Familles entières venues pour dire aux barbares que la liberté se relève toujours. Familles juives, musulmanes, chrétiennes, de droite, de gauche, sans que jamais cela soit sujet de discorde… Quel rêve meilleur d’humanité peuton faire dans ce monde ?

 

Quel plus beau rêve que marcher pour la liberté, marcher pour l’égalité, marcher pour la fraternité ? Cette belle devise de notre république ne m’a jamais semblée autant fondée sur des valeurs évangéliques qu’en ce jour peutêtre éphémère d’union.

Cela m’a encore une fois ramenée à la bienpensante notion d’oecuménisme. Cette notion qui parle d’unité au détriment des différences fondamentales qui gouvernent nos fois différentes et nos diverses façons de prier. N’y auraitil pas un intérêt à se souvenir de l’épisode de Babel ? Rappelezvous. Vouloir que tout soit semblable ne semblait guère plaire à Dieu. N’atil pas au contraire poussé une belle colère pour remettre les humains devant leurs différences et leurs particularités ?

Cette marche fraternelle dans Paris, manifestait justement que toutes ces différences sont à préserver humblement. Personne ne ressemble à son voisin mais chacun peut vivre avec son voisin. Cet équilibre entre appartenance et regard critique sur ce qui fonde cette appartenance, est certes difficile à tenir. Mais c’est essentiel pour préserver cette liberté que nous avons la chance de vivre dans notre pays.

Sachons garder un regard et une oreille critiques pour fuir tout fondamentalisme se cachant sous la soidisant conformité aux valeurs bibliques. N’oublions pas que par cette attitude, certains de nos frères musulmans, mais aussi chrétiens, se sont fourvoyés jusqu’à l’horreur, en ne modernisant pas leur approche de leurs textes fondateurs.
Discernons dans nos comportements, dans nos pensées le moment où la nasse se referme sur des certitudes mortifères et risque de nous entrainer dans l’illusion de posséder la vérité. Voilà notre grand défi.

Hier, j’ai entendu des inconnus se saluer en s’appelant « frère ». J’ai entendu pleurer deux femmes voilées, choquées par la barbarie. J’ai entendu des applaudissements saluant des policiers. J’ai rencontré des regards qui disaient « Je suis là ». Cela m’a redit que Dieu ne se tient pas dans les hauteurs. Il n’est pas le « Trèshaut » mais Il advient à chaque fois que la fraternité devient présente dans la vie. Il se faufile dans tous les plus petits entrebâillements des coeurs. « Je suis là » disaitil. Et je crois que nombre de ceux qui étaient là, ont senti passer Son Souffle même s’ils ne l’ont pas reconnu.

Peutêtre y avaitil dans cette foule de nombreux membres de notre paroisse. Difficile de le savoir. Toujours estil que nous avons été très heureux d’en rencontrer deux d’entre eux à notre retour. Deux qui, comme nous, étaient fières d’avoir vécu ce moment de notre Histoire.

NM

Eglise protestante Unie de France logo     Fédération Protestante de France     les parcours alpha     defap service protestant de mission     fédération entraide protestante

Notre communauté, communion luthérienne et réformée est présente dans le sud de l'Essonne. Les paroissiens de l’Eglise Protestante Unie viennent de Sainte-Geneviève-des-Bois, Morsang-sur-Orge, Epinay-sur-Orge, Saint-Michel-sur-Orge, Brétigny-sur-Orge, Fleury-Mérogis, Eglise Protestante Savigny-sur-Orge, Juvisy-sur-Orge, Viry-Châtillon, Athis-Mons, Draveil, Vigneux-sur-Seine, Ris-Orangis, Morangis, Eglise Protestante Arpajon, Egly, Montlhéry, Ballainvilliers, Linas, La-Ville-du-Bois, Marcoussis, Marolles-en-Hurepoix, Eglise Protestante Evry, Corbeil-Essonnes, Grigny, Courcouronnes, Bondoufle, Lisses, Mennecy, Ballancourt-sur-Essonne, Eglise Protestante Massy, Palaiseau, Longjumeau, Orsay, Les Ulis, Gif-sur-Yvette, Savigny-le-Temple, Combs-La-Ville, Quincy-sous-Sénart, Melun etc ...