Pasteur Sook-Hee YOUN

En ce temps de carême et de pâques, nous marchons vers le chemin de la croix et de la résurrection de Jésus. Nous embrassons ce temps dans nos cœurs pour recevoir le renouvellement de la foi.

Les textes bibliques autour du récit sur le chemin de la mort de Jésus sont marqué par une parole qui nous parait assez étrange et incompréhensible.

Nous lisons que Jésus demande sévèrement aux gens ou à ses disciples de ne pas dévoiler sa divinité : Il recommande de « Ne dire à personne» qu’il a guéri un homme sourd-muet (Mc. 7.36) et de « Ne dire à personne qui il est» (Mc. 8.30). Nous remarquons aussi une parole intrigante : à Pierre qui venait de confesser qu’il est le Messie et le Christ, « Satan, arrière de moi ». Ou encore, quand Jésus a été transfiguré en étant comme une lumière éblouissante, il a demandé à Jean, Jacques, et Pierre de ne pas dire ce qu’ils avaient vu (il s’entretenait avec Elie et Moïse) et entendu (le ciel s’ouvrait et une voix disait « Tu es mon Fils bien-aimé ») (Mc. 9.9).

Aurait-il voulu interdire de parler de ses miracles et de ses œuvres venants du Père ?

Pourquoi livre-t-il une telle recommandation alors que nous savons combien il avait « un désir ardent d’amour » (Jn. 2.17) pour témoigner au sujet de Dieu, le Père qui l’a envoyé ? 

Ces passages bibliques évoquent un temps particulièrement significatif dans la vie de Jésus : sa mort sur la croix.Tout l’expérience fondamentale de la traversée du chemin de la croix de Jésus. Cela se situe au centre de l’Evangile comme une puissance de Dieu.« L’évangile est puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit » (Rom. 1.16) 

Notre compréhension de l’évangile démarre à partir de l’expérience du chemin qui va de la croix (l’abandon à la volonté de Dieu) à la résurrection (une nouvelle vie d’espérance) en Christ dans notre propre vie, dans nos relations amicales, familiales.

Autrement dit, si la guérison de Jésus n’est pas perçue comme un avant-goût du royaume de Dieu, notre témoignage de la guérison sera menacé par la superstition.

Ainsi, si le message de la transfiguration de Jésus n’est pas reçu à la lumière de sa mort et de sa résurrection, cela signifie que son action divine perdra le sens de l’évangile.

Pierre était nommé « Satan » lorsqu’il voulait voir pour toujours Jésus, le Christ sans son expérience existentielle de sa mort sur la croix. Il comprendra, dans sa nuit de pleurs, dans la rencontre avec Jésus, le Fils de Dieu. « Tu ne conçois pas les choses de Dieu, tu n’as que des pensées humaines » dit Jésus (Mc.8.33)

La divinité de Jésus se révèle dans la compréhension du Royaume de Dieu, elle n’est pas à la portée de nos langages et de notre logique humaine sauf si nous sommes remplis de la puissance de l’évangile.

Il y a un homme, venu il y a 2000 ans. Oui, il y bien a à peu près deux siècles qu'il a vécu, qu'il a été transfiguré, qu'il est mort. Mais Il nous relève aujourd’hui encore à travers la confession de notre foi « Christ est mort pour nos péchés… Il a été enseveli, il est ressuscité le troisième jour. Il est apparu à Céphas (l’apôtre Pierre) puis aux douze » (1Co. 15.3-5)

L’Evangile nous invite à redresser nos épaules de solitude et de chagrin pour recevoir le soleil de Pâques, la vie de lumière. « Pourquoi cherchez-vous parmi les morts celui qui est vivant ? Il n’est pas ici » ont dit deux hommes devant le tombeau de Jésus (Luc 24.5)

Il est vivant, là où la paix advient dans notre vie sur terre par notre engagement d’amour envers le prochain au delà de l’indifférence du monde.

Il est vivant lorsque nous semons une parole chaleureuse et vraie car le Christ œuvre à travers nos actions et nos paroles.

Oui, disons l’ultime miracle de Jésus, c’est de notre démarche authentique de vivre sa mort et sa résurrection.

A tous, que l’amour de Dieu et la lumière de Pâques vous accompagnent !

                                                                   Sook-Hee YOUN 

Eglise protestante Unie de France logo     Fédération Protestante de France     les parcours alpha     defap service protestant de mission     fédération entraide protestante

Notre communauté, communion luthérienne et réformée est présente dans le sud de l'Essonne. Les paroissiens de l’Eglise Protestante Unie viennent de Sainte-Geneviève-des-Bois, Morsang-sur-Orge, Epinay-sur-Orge, Saint-Michel-sur-Orge, Brétigny-sur-Orge, Fleury-Mérogis, Eglise Protestante Savigny-sur-Orge, Juvisy-sur-Orge, Viry-Châtillon, Athis-Mons, Draveil, Vigneux-sur-Seine, Ris-Orangis, Morangis, Eglise Protestante Arpajon, Egly, Montlhéry, Ballainvilliers, Linas, La-Ville-du-Bois, Marcoussis, Marolles-en-Hurepoix, Eglise Protestante Evry, Corbeil-Essonnes, Grigny, Courcouronnes, Bondoufle, Lisses, Mennecy, Ballancourt-sur-Essonne, Eglise Protestante Massy, Palaiseau, Longjumeau, Orsay, Les Ulis, Gif-sur-Yvette, Savigny-le-Temple, Combs-La-Ville, Quincy-sous-Sénart, Melun etc ...